Hommage aux amis et aux camarades disparus

Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 5 juillet 2017
par  Alger republicain

La débaptisation de la clinique J.-M. Larribère n’est pas le fait du hasard

... La débaptisation de la clinique J.-M. Larribère n’est pas le fait du hasard … Elle participe des tendances au révisionnisme, à une relecture de l’histoire du pays et de sa guerre d’indépendance.

A quand une rue d’Oran en hommage à Gaby Gimenez et Roger Bénichou, militants communistes de cette ville et dont les engagements et les sacrifices pour la libération nationale sont connus ? A quand une école « Jacqueline Guerroudj » à Ouled Mimoun où elle a été institutrice ? A quand une rue Abdelhamid Guerrab, Mustapha Sâadoun, un centre de formation professionnelle Maurice Laban, une place Abdelhamid Benzine, Larbi Bouhali ou Tahar Ghomri … ? A quand une Université Kateb Yacine ou des jardins ou des villages portant les noms de ceux qui ont écrit les plus belles pages de notre histoire nationale ?

Karim Wafa
05.06.17

mardi 27 juin 2017

Lettre de la famille Larribère

La débaptisation de la clinique Larribère est autant une offense à la mémoire de Jean-Marie et à son combat pour l’indépendance de l’Algérie, qu’à tous ceux qui ont eu le même engagement. Le nom de Jean-Marie Larribère sur cette clinique constituait un symbole fort de reconnaissance, d’hommage et de mémoire sur l’engagement de ces patriotes dans la guerre de libération. Parmi ces femmes et ces hommes, il y avait l’entourage familial de Jean-Marie.

Les petits-enfants Larribère.
25.06.17

Voir : http://alger-republicain.com/Lettre...

lundi 19 juin 2017
par  Alger républicain

Pour que la clinique Larribère garde son nom, la mobilisation doit continuer !

Alors que l’Afepec s’apprêtait à rendre hommage à Lucette Safia Larribère Hadj Ali, à la date anniversaire de son décès. Cet hommage devait notamment et symboliquement se matérialiser par l’annonce de l’apposition d’une plaque au nom de son père Jean-Marie Larribère devant la clinique. Depuis juillet 2014, des assurances en ce sens avaient été données à l’Afepec par les autorités concernées.

[...] Le collectif décide de poursuivre l’action au niveau des institutions locales et de l’administration centrale. [...] l’AFEPEC adresse deux courriers, au Ministre des Moudjahidines et au Ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière.
[...] et une lettre ouverte initiée le 14 juin est lancée en pétition sur une plateforme pour la signer, cliquer sur le lien : https://secure.avaaz.org/fr/petitio...

AFEPEC - Oran 18 juin 2017

vendredi 16 juin 2017
par  Alger républicain

Lettre ouverte pour l’officialisation du nom de la clinique Larribère à Oran

Après l’hommage qu’elle a rendu à Lucette Hadj Ali, l’association AFEPEC a initié une action pour que la clinique créée par son père, le Docteur Jean Marie Larribère, retrouve officiellement le nom qu’elle a toujours porté dans la mémoire des Oranais.

Les anciens d’Oran se souviennent que Jean Marie Larribère était un militant du parti communiste algérien. Ils n’ont pas oublié le rôle qu’il assuma à leurs côtés dans la lutte contre le colonialisme. Ce sont ses convictions politiques qui l’ont amené à s’engager dans la lutte de libération nationale.

Le remplacement du nom de Larribère par celui d’un chahid de la guerre de libération est-il le résultat d’une simple erreur due à l’ignorance comme ce fut le cas lorsqu’une rue portant le nom d’Iveton avait été rebaptisée au nom d’un autre martyr ? Nous aimerions bien le croire si cette erreur est réparée. Ou bien s’agit-il d’un acte malveillant dicté par le motif inavoué d’instrumentaliser les noms de martyrs de la guerre de libération contre des communistes pour le seul fait que ces derniers étaient communistes ?

A.R
16.06.2017

samedi 3 juin 2017

La mémoire des Larribère effacée !

Après l’épisode de la rue du martyr Fernand Iveton, la clinique Larribère, comme l’appellent encore aujourd’hui les oranais-e-s, a été secrètement baptisée du nom d’un autre moudjahed.

Qui est Larribère ? Il s’agit de toute une famille de combattantes et de combattants de l’indépendance nationale de père, oncle à filles.

AFEPEC
Oran, le 02 juin 2017