Hommage aux amis et aux camarades disparus

Articles publiés dans cette rubrique

lundi 15 janvier 2018
par  Alger républicain

Hommage à Jean Salem, notre camarade

Hommage à Jean Salem, notre camarade

JPEG - 69.6 ko
Jean Salem, philosophe Sorbonne - L’oeuvre de Marx I et II

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Le Collectif communiste tient à saluer la mémoire de Jean Salem, qui fut notre compagnon de lutte, autant que l’avait été son père Henri Alleg. L’heure est dans ces douloureuses circonstances à l’union de tous ceux qui l’ont côtoyé et ont apprécié ses activités intellectuelles et militantes. Nous publions ci-dessous l’hommage qui lui a été rendu aussitôt par nos camarades du Cercle d’Etudes Marxistes, dont nous partageons la peine.

Le Collectif Communiste Polex

lundi 15 janvier 2018
par  Alger republicain

Décès de Jean Salem fils de Henri Alleg

JPEG - 209.5 ko
« Jean Salem lors de l’hommage rendu à Henri Alleg, le 2 novembre 2013 au Salon International du Livre d’Alger ».
Photo Alger républicain.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

C’est avec une immense douleur que nous venons d’apprendre la terrible nouvelle de la mort de notre ami et camarade Jean, fils de notre camarade disparu Henir Alleg. Jean a été fauché par la maladie.
Nous reviendrons dans une prochaine édition sur le parcours de ce brillant intellectuel révolutionnaire qui n’avait pas abdiqué sous l’assaut des idéologies du reniement contre-révolutionnaire.

A.R
15.01.2018

mardi 18 juillet 2017

Mohamed-Lakhdar Benhassine ou l’honneur sauvé de l’université algérienne*

Il y a toujours dans une université, en Algérie comme ailleurs, un professeur émérite avant l’âge, un doyen sans titre, une sorte de haut gradé de l’intelligence dont les lumières continueront toujours de briller à la manière d’un phare dont le mérite est d’éviter l’errance ou l’échouage à ceux qui l’approchent.

Il y a toujours dans une université, en Algérie comme ailleurs, un professeur qui, tout en irriguant régulièrement les revues scientifiques et les journaux par ses analyses, garde une oreille attentive au souffle et aux espérances de son peuple, plus particulièrement aux plus précaires de ses compatriotes.

Bachir Dahak

mercredi 12 juillet 2017
par  Alger républicain

« Je souris ». La guerre d’indépendance de Boualem Khalfa (1923-2017)

JPEG - 11.3 ko
Fausse carte d’identité de Boualem Khalfa, alias Bernard Karsenti, saisie par la DST en 1957.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.


Je suis un combattant au service de mon pays et je revendique hautement d’avoir aidé à la libération de mon pays.
Je suis très heureux d’avoir été à la direction de mon Parti Communiste Algérien.
Je ne reconnais pas au tribunal le droit de me juger.
Je n’ai rien à dire sur les faits qui me sont reprochés.
Il est possible que « SAM » ait été un de mes surnoms.
Je ne reconnais rien de ce qui m’est reproché.
Je connais des centaines de militants.
J’ai vécu à Oran en restant en contact avec plusieurs militants.
Je souris parce que dans les rapports de la police il y a beaucoup de romans feuilleton.

Déclaration de Boualem Khalfa lors de sa comparution devant le tribunal des Forces armées d’Oran le 27 novembre 1957

P.-J. Le Foll-Luciani
9 juillet 2017

mercredi 12 juillet 2017
par  Alger republicain

Décès de Abdelkrim Mehenni dit Kerroum

Notre ami, Abdelkrim Mehenni, s’est éteint samedi 8 juillet, à Paris. La triste nouvelle a été annoncée par le quotidien l’Humanité dans son édition du 11 juillet. Le corps doit être rapatrié aujourd’hui mercredi. Il sera inhumé à Constantine, sa ville natale.

Kerroum comme on l’appelait affectueusement, a adhéré au Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) au début des années 1970 quand il était étudiant à l’Université de Constantine.

Se sentant lui aussi menacé par les groupes du terrorisme obscurantiste, Mehenni dut se réfugier dans les années 1990 en France.

AR