Luttes sociales en Algérie

.


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 1er avril 2016
par  Alger républicain

Les enseignants contractuels et vacataires, revendiquent « l’intégration » !

Pour ce qui concerne cette marche des enseignants non contractuels de Béjaia,
nous pouvons dire qu’elle est principalement motivée par le fait que les licenciements deviennent abusifs et sont organisés en nouveau mode de gestion. Ces licenciements sont faits rapidement après à peine quelques mois de travail (les CDD sont utilisés afin de rendre les procédures plus aisées) Aucune assurance réelle d’emploi n’est plus assurée. Nous noterons également le recrutement sans concours préalable, ce qui permet de ne jamais nommer les enseignants.

ci après, un article envoyé au journal par Amina Chaher

.

Alger républicain

28.03.16

dimanche 20 mars 2016
par  Alger republicain

Les paysans de Draa Ben Khadda manifestent de nouveau

Les paysans des exploitations agricoles issues de la restructuration du domaine autogéré HAMDANI Amar de Draa Ben Khadda manifestent de nouveau leur détermination à ne pas se laisser déposséder des terres dont l’Etat algérien leur a confié l’exploitation après l’indépendance.

.

C.P.

20.03.16

samedi 5 mars 2016
par  Alger républicain

Protestation à l’Université de Tiaret

JPEG - 87.6 ko
Protestation à l’université de Tiaret

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Selon un communiqué largement diffusé « les problèmes des enseignants ne cessent de se compliquer, à ce sujet ils ont tenu à dénoncer cette situation et demander la prise en charge réelle des problèmes. »

Dans le dit communiqué les protestataires ont focalisé leurs revendications sur le problème des logements de fonction.

.

Merabet Noureddine

04.03.16

Tiaret

samedi 13 février 2016
par  Alger républicain

Geste de colère à Ouargla Des jeunes chômeurs se cousent les lèvres

Après les immolations, les tentatives de suicide et un sit-in de trois semaines, apparaissent maintenant les jeunes chômeurs d’Ouargla, ceux qui se cousent la bouche pour exprimer leur révolte. C’est leur manière à eux de manifester leur mécontentement. En effet, trois ans après la grande marche qu’ils avaient organisée et malgré les promesses, les soi-disant mesures pour l’emploi, les jeunes ne sortent toujours pas du chômage.

Et il faut le dire : le chômage, l’injustice affreuse que subit cette jeunesse, sa vie brisée avant de commencer, la mal vie et l’impossibilité de trouver un quelconque recours face à leurs légitimes demandes ; c’est le capitalisme décrété par le pouvoir.

.

Abdelkader Hamidou

12.02.16

mercredi 13 janvier 2016
par  Alger républicain

Les syndicalistes licenciés de l’ETUSA en grève de la faim

Suspendus, depuis quatre mois pour certains depuis et plus de six mois pour d’autres, ils en sont à leur dixième jour de grève de la faim.

Ils sont devant le bâtiment de la centrale de l’UGTA, allongés sur des paillasses de fortune dans des conditions déplorables. Quelques-uns d’entre eux, des malades chroniques sont là, exposés à de graves dangers.

tous dans le dénuement, sans certitude de recours, sans assurance de justice mais tous dans résistance et déterminés à se battre, à résister, à tenir.

.

C.P.
13.01.16