Pillage de l’économie algérienne


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 3 novembre 2014
par  Alger républicain

Les ingénieurs du ministère de l’Energie en Algérie sont considérés comme incompétents pour le forage des puits de pétrole et du gaz

Tout ce que les médias algériens rapportent sur des contrats de coopération avec divers pays, ne sont que des accords d’achat, de produits et services de ces pays. Une politique de développement économique de l’Algérie purement mercantiliste pure et dure. On achète presque tout et nous faisons faire par d’autres ce que beaucoup de nos ingénieurs sont en mesure de réaliser.

.

Nadia Bouchakdji

University of San Francisco, USA

03.11.14

dimanche 17 août 2014
par  Alger républicain

TRANSFERT ILLICITE DES DEVISES VERS L’ÉTRANGER - La société Total dans le collimateur de la justice

TOTAL Algérie fait actuellement l’objet d’une enquête diligentée par la justice algériennes pour raison de transferts illicites de devises à l’extérieur de l’Algérie.

.

Par Mohamed BOUFATAH -

in l’Expression

16.08.14

___ ___

Une introduction à cet article a été insérée ci après.

mercredi 12 février 2014

Les prédateurs continuent à casser le potentiel national de production*

Cameg, filiale de Sonelgaz, choisit d’importer les pylônes électriques, pour 25 milliards de dinars, alors qu’ils sont fabriqués en Algérie

Ramdane Koubabi

in El Watan du 23.01.14

vendredi 31 janvier 2014

Le grand saccage de la Laiterie de Beni Tamou après son bradage à des prédateurs étranger et algérien*

La poudre de lait initialement prévue pour le lait pasteurisé est détournée pour la fabrication des produits dérivés. Mystère !...

La laiterie de Beni Tamou (Giplait avant la cession), un véritable complexe industriel campé sur un terrain de sept hectares, faisait la fierté de Blida. Elle couvrait toute la région en lait et en produits laitiers de grande qualité. Elle employait 760 travailleurs. En 2007, privatisée, elle fut reprise par le groupe Lactalis (un investisseur étranger) et la laiterie Soummam. Il était prévu de garder le personnel existant au moment du glissement, de maintenir la production initiale et de l’améliorer en augmentant le capital de l’unité et en renouvelant les machines.

Repris du quotidien El Watan du 23 janvier 2014

samedi 8 juin 2013

Sabordage criminel du transport maritime national*

La libéralisation de l’économie a attisé les convoitises. Avec la complicité des gens du régime aux niveaux les plus élevés la casse de l’économie a atteint des proportions inimaginables. A croire que des anti-nationaux ont été placés à la tête des secteurs les plus stratégiques du pays pour le mettre à genoux et effacer avec hargne tout ce qui avait été construit depuis l’indépendance.

On lira dans deux articles récents de Salima Tlemçani la description d’un exemple concret du sabotage du pays.

Alger républicain reprend intégralement ces deux articles dans l’espoir que l’œuvre destructrice de la 5e colonne soit arrêtée

Navigation

Mots-clés de la rubrique