Pillage de l’économie algérienne


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 21 novembre 2012

Importation de coke par ArcelorMittal d’Annaba : un transfert déguisé de devises ?

L’importation du coke à continue à saigner à blanc le complexe sidérurgique ArcelorMittal d’Annaba et s’apparente visiblement à un transfert déguisé de devises puisque ces sommes colossales « atterrissent » dans les comptes de la maison mère au Luxembourg ou à Londres. En somme, comme le résume ce proverbe populaire algérien « Erracham H’mida wel laab H’mida ».

.

Article de Mohamed Rahmani

in La Tribune du 19 novembre 2012

lundi 22 octobre 2012

Révision de la loi sur les hydrocarbures : l’approche opaque, antidémocratique et dangereuse du pouvoir*

Opinion de Hocine Malti,

ancien Vice-Président de Sonatrach

Entretien réalisé par Mohand Bakir et Kamel Tarwiht et publié dans le Soir d’Algérie du 1er octobre 2012 sous le titre : « Certaines déclarations du ministre de l’Énergie font peur ».


*Le titre est de la rédaction d’Alger républicain

dimanche 5 août 2012

Sonatrach mise sur des projets « aveugles » pour blanchir la rente

Enfouir du C02 dans le sous-sol saharien, est un mépris contre la nature et la population saharienne.

Unité de Sonatrach

in Le Matin dz

Y. Mérabet

Journaliste indépendant / Expert en énergie

04.08.12

samedi 7 avril 2012
par  Alger républicain

La mise en faillite d’ALZINC de Ghazaouet

...le problème qui se pose est celui des comportements du partenaire commercial Glencore S.A.
Cette firme internationale est installée à Zhuc (Suisse), l’un des paradis fiscaux. Par ses pratiques frauduleuses, cette même firme s’était rendue indésirable en France...

07.04.12

C.P

dimanche 8 janvier 2012

Sonatrach est-elle dirigée par des Algériens ?

Le gouvernement met l’intérêt national de côté, lorsqu’il laisse Sonatrach, au nom de la « vérité des prix » de l’ultralibéralisme, importer les tubes et les pipes d’acier Turcs ou Chinois par l’intermédiaire de traders étrangers qui commandent en gros des produits moins bons que les nôtres. Et probablement sous-facturés pour remporter l’appel d’offres. Pendant ce temps, la sidérurgie d’Annaba ferme son entreprise de fabrication de tubes et pipes, faute de commande et des ouvriers et ingénieurs algérien seront bientôt au chômage.

Navigation

Mots-clés de la rubrique