Pillage de l’économie algérienne


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 7 janvier 2012

Mort lente d’une unité métallurgique performante- laTuberie sans soudure d’El Hadjar - bradée au profit de ArcelorMittal Pipes and Tubes Algeria*

L’unité TSS (Tuberie sans soudure), qui emploie 358 travailleurs, tous Algériens, n’a pu décrocher depuis fin 2009 qu’une commande de 400 tonnes de tubes, soit 4 jours de production, alors que les besoins du marché algérien sont de l’ordre de 200 000 tonnes par an. Le document précise que la part de marché de la TSS est actuellement de 1,42% et que 800 000 tonnes ont été importées, dépassant ainsi les besoins. Cette situation est due au fait que les importateurs jouant sur la quantité ont pu avoir, à partir de la Chine, cette grosse quantité à des prix très bas, alors que la TSS peut produire ce type de tubes selon les formats exigés.

.

Par Mohamed Rahmani

in La Tribune du 18-12-2011

mercredi 21 décembre 2011

Les raisons secrètes du limogeage de Cherouati , le P-DG de SONATRACH*

Opinion de Hocine Benghedir,

publiée dans Le Soir d’Algérie du 29 novembre 2011

jeudi 8 décembre 2011

Mettre en échec par la mobilisation populaire la plus résolue la nouvelle opération de dénationalisation des hydrocarbures

La dénationalisation des hydrocarbures est de nouveau réinscrite dans l’ordre du jour du programme de capitulation de pouvoir sous les pressions des puissances impérialistes.

Déclaration du PADS (Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme) suite au projet de dénationalisation des hydrocarbures.

.

PADS

07.12.11

lundi 5 décembre 2011

Heurs et malheurs du pétrole algérien, par Hocine Malti *

Depuis son installation à la tête du secteur de l’énergie et des mines, le nouveau ministre Youcef Yousfi ne cesse de constater combien est catastrophique l’héritage que lui a légué son prédécesseur Chakib Khelil. Il vient de se rendre compte encore récemment, en septembre et octobre derniers que l’Algérie avait pris un énorme retard en matière de (...)

dimanche 13 novembre 2011

De Charybde en Scylla De Valhyd en Desertec Jusqu’à quand l’hémorragie des ressources nationales ?

Avec le plan Valhyd, on peut dire que l’on a eu « tout faux ».

L’erreur est humaine, dit le sage, mais l’entêtement est diabolique.

Or, avec Desertec,c’est une opération encore pire que Valhyd qui se prépare.

Mustapha Bencheikh

5 novembre 2011

Navigation

Mots-clés de la rubrique