Complexe sidérurgique d’El Hadjar Guerre entre divers clans du syndicat UGTA du pouvoir et nouveaux acquis arrachés par les travailleurs

samedi 8 août 2009
par  Alger républicain

Les 7500 travailleurs du complexe ont mis à profit la brêche ouverte dans le clan Menadi pour balayer ce dernier et ses sbires. Le scandale de l’exportation frauduleuse de déchets ferreux dont le secret n’a pas encore été entièrement dévoilé a servi de détonateur à l’implosion du syndicat.

La question de la gestion des œuvres sociales est également posée. Comme dans la plupart des entreprises leur gestion est assurée par l’UGTA qui les utilise pour acheter les appuis parmi les travailleurs. Financées par l’ensemble des salariés, leur gestion devrait revenir à un collectif de représentants élus par l’ensemble des travailleurs, comme le pensent beaucoup de syndicalistes honnêtes.
Dans la foulée de leur mobilisation, les travailleurs ont arraché une augmentation de 35% de l’ensemble de leur rémunération, étalée cependant sur plusieurs mois. Quelque 700 jeunes travailleurs maintenus depuis des années à l’état de travailleurs précaires ont arraché leur permanisation.

Mais le groupe de Kouadria, ex-secrétaire par intérim, s’est bien gardé de faire intervenir les travailleurs sur les grandes magouilles des patrons du complexe et les pertes qu’elles occasionnent au pays.
Kouadria a cependant dénoncé ces magouilles devant la presse : « ArcelorMittal a importé, durant 2008, 45 000 tonnes de billettes – un produit sidérurgique semi-fini – depuis ses usines de Galati (Roumanie) et Hambourg (Allemagne) dont le prix varie entre 500 et 690 dollars la tonne. Produite à l’usine d’El Hadjar, la tonne du même produit revient à 450 dollars. Soit une perte sèche totale de 6 millions de dollars pour l’usine et un important transfert de capitaux en Europe … ArcelorMittal a importé, en 2007 et 2008, depuis ses usines d’Ukraine et d’Europe, 435 407 tonnes de rond à béton et de fil machine à raison de 600 dollars la tonne (soit 4200 DA/t) qu’elle a écoulé à travers notre usine sur le marché algérien. Avec une moyenne 9500 DA/t, c’est-à -dire une marge bénéficiaire de 5300 DA/t, ArcelorMittal a engrangé des bénéfices estimés à 230 milliards de centimes” (El Watan du 4 juillet 2009).

.

Khaled Safi
08.08.09


Navigation

Articles de la rubrique