Honduras : la société Lear fait porter des couches à ses ouvriers pour supprimer les pauses

lundi 19 août 2013

Une entreprise américaine basée au Honduras aurait fait porter des couches à ses ouvriers. Le but : supprimer la traditionnelle pause-pipi. Certains patrons ne savent plus quoi inventer pour améliorer la productivité de leur main d’œuvre. Au Honduras, les ouvriers d’une usine de l’entreprise américaine Lear affirment avoir été contraints de porter des couches au travail afin de ne pas perdre de temps en pause-pipi, rapporte le quotidien Hondurio. L’affaire a été révélée par Daniel Durón, secrétaire général de la Central General de Trabajadores -l’un des principaux syndicats du pays. Ce dernier a affirmé à la chaîne de télévision locale TVN Hondured avoir recueilli le témoignage accablant de plusieurs employés, « principalement des femmes ».
Faire en sorte que les salariés « s’urinent dessus »

Selon lui, cette règle a été instaurée car les chaînes de montage sur lesquelles travaillent les salariés fonctionnent en continu. Face à ce problème, la seule solution trouvée par les dirigeants de Lear a été de faire en sorte que les ouvriers « s’urinent dessus pour ne pas aller aux sanitaires » et restent en permanence à leur poste de travail. Pire : ils doivent eux-même financer les couches qui leurs permettent de terminer chaque journée dans des conditions d’hygiène à peu près convenables, la société ayant refusé de les fournir à titre gracieux. De plus, les témoignages recueillis par Daniel Durón révèlent que les 4000 employés du site doivent être « prêts à travailler dès leur arrivée ». Aux États-Unis, des congés illimités pour améliorer la productivité D’après le représentant syndical, une délégation américaine devrait se rendre sur place jeudi prochain afin de rencontrer l’employeur, ainsi que le ministre du Travail. Une victoire pour Daniel Durón, dont l’action avait jusqu’alors seulement permis une médiation avec un organisme des droits du travail. Aux antipodes de ces méthodes somme toute scandaleuses, certaines entreprises redoublent de créativité pour motiver leurs salariés. Aux États-Unis, de plus en plus d’entreprises appliquent la règle des « congés illimités ». Né il y a un peu plus d’un an, ce concept offre aux salariés la possibilité de gérer leur agenda en totale indépendance, et permettrait parallèlement aux entreprises de gagner en productivité,

.

Selon un article paru en 2012 dans Businessweek.


Navigation

Articles de la rubrique