La mère de toutes les « ONG » subversives étasuniennes : l’USAID

mardi 19 mai 2015
par  Alger républicain

La source-mère du financement de toutes les agences impérialistes (ONG et autres gouvernementales) fondées pour agir de façon moins voyantes à la place de la CIA, est l’USAID. C’est Kennedy qui l’a créée. A ses débuts elle agissait secrètement (conspiration et recrutement), pour par la suite, dans les années 90, passer à la légalité, au travail au grand jour, continuer à faire le même sale boulot mais dédoublée par la multitudes d’agences et d’ONG US et étrangères (nationales) qu’elle finance directement.

Evo Morales en Bolivie, Rafael Correa en Equateur, Chavez et Maduro au Venezuela n’ont pas hésité. Les deux premiers ont interdit ses activités sur leur territoire. Les deux autres ont expulsé certains de leurs officiels représentants. Cuba avait détenu le nord-américain Alan Gross en 2009 (libéré en décembre 2014)). Il avait avoué qu’il agissait et qu’il était payé par l’USAID pour faire le travail de subversion sur le territoire cubain : distribution de matériel de communication sophistiqué, formation à son utilisation, recrutement …

Il ne faut pas se laisser leurrer. Parmi ceux qui ont assisté aux premières années de l’indépendance, certains ont peut être encore en tête l’image du sac de farine, des sachets de lait et autres, que nous recevions comme aide alimentaire, qui aidaient effectivement à se nourrir et à surmonter la famine et la pauvreté extrême dans lesquelles se trouvaient à ce moment-là de très nombreux Algériens. Le logotype imprimé sur ces emballages était celui de l’USAID, une image que beaucoup n’oublieront pas pour le restant de leur vie. Mais comme dit l’adage, « la vérité finit toujours par se savoir ». Finalement ce même logotype et cette agence se convertiront dans le temps en hantise et cauchemar pour les peuples. Ces symboles, images et références sont tout simplement l’expression de l’hypocrisie, de la ruse et des pièges de l’impérialisme contre les peuples. Il n’y a aucun doute la-dessus. Il n’est pas possible de dénoncer aucune une filière de l’impérialisme (surtout US) sans mentionner la marraine de toutes qu’est l’USAID. La consultation des articles publiés par de sites web le confirme. C’est cette même agence qui a formé des milliers d’étudiants, lycéens et d’autres jeunes Algériens. Ils peuvent raconter n’importe quoi pour camoufler leurs objectifs. Mais combien de dizaines, de centaines peut être sont aujourd’hui des actifs à leur service, à tirer les ficelles de la conspiration. Certains crieront comme toujours à la paranoïa dès qu’on lève le voile sur les activités secrètes des « ONG » financées par l’impérialisme ou ses « donateurs ». Posons la question aux camarades cubains, à nos amis boliviens, equatoriens, vénézuéliens, latinos en général, ils nous diront ce qu’ils en pensent … C’est grâce en partie au financement de l’USAID, à travers l’IRI et la NED, que la droite a battu le FSLN du Nicaragua en 1990. C’était la première action publique de l’intervention de ces agences dans le financement des campagnes électorales et des partis de droite dans le monde, au grand jour, légalement. Ce qu’ils continuent de faire de nos jours partout dans le monde.

Cette agence est mêlée jusqu’au cou dans le travail de subversion et de conspiration au sein des jeunes, des chômeurs, des étudiants, des universités, des réfugiés sahraouis, etc.

Il ne fait aucun doute que l’USAID et ses filiales en Algérie ne manquent pas d’utiliser de « faux chômeurs » à leur dévotion, après qu’elles leur ont donné une aide sous forme financière ou autre, pour qu’ils s’affairent à détourner le mouvement de masse des chômeurs de ses objectifs revendicatifs légitimes afin de créer des prétextes aux interventions étrangères comme cela est déjà le cas dans certains pays comme l’Irak, la Syrie et la Libye. Surtout quand on apprend que les filiales de l’USAID ont aidé, encadré ou financé des milliers de jeunes.

Toutes ces organisations sont présentes en Algérie. Elles tissent leur toile. L’une d’entre elles, la National Democratic Institue, liée au parti démocrate, agit le plus légalement du monde depuis que le gouvernement lui a accordé son agrément alors qu’il le refuse à tant d’associations patriotiques algériennes. A la différence d’autres « ONG » s’érigeant en donneurs de leçons « démocratiques », la NDI sait afficher une certaine « souplesse ». Elle recrute à tour de bras sans trop élever la voix, le jour « J » étant encore loin. Elle travaille à se doter d’une armée d’agents, dans les partis « démocratiques », les organisations de jeunes, les étudiants au sein desquels elle est très active, en attendant que le fruit soit mûr pour être cueilli. A ce point de la forfaiture, Il ne nous reste plus qu’à entendre certains nous dire que Hillary Clinton est une amie de l’Algérie qu’il faut aider dans sa course à la présidence des USA ! Cette multitude d’ « ONG » forme une véritable base pro-impérialiste qui s’incruste dans tous les pores de la société. Elle prépare des lendemains funestes pour l’Algérie. Mais gare à celui qui pense manipuler aussi facilement les gens !

.

RN

18.05.15


Navigation

Articles de la rubrique