Le patrimoine foncier et agricole de l’État dépecé Règlements de comptes à ciel ouvert à El Tarf

dimanche 26 septembre 2010
par  Alger républicain

L’accaparement des terres publiques de l’Etat fait rage partout dans le pays. C’est devenu un sport de compétition parmi les hommes du pouvoir et une condition pour faire partie des cercles de nouveaux notables. Les terres agricoles les plus fertiles sont intégrées aux périmètres constructibles et deviennent par une série de passe-passe la propriété de personnalités influentes de la coalition présidentielle et d’affairistes enrichis grâce à leurs liens avec les appareils d’État.

Souvent les bénéficiaires de ces opérations se dépêchent de revendre les lots de terre achetés à des prix bradés pour tenter d’effacer toute trace de leurs magouilles. L’argent de la revente est placé dans d’autres affaires encore plus juteuses comme l’import ou simplement transféré à l’étranger pour l’achat de demeures luxueuses. Il arrive cependant que des mécontents, généralement des sous-fifres “lésés” dans le partage du butin, dénoncent les malversations. Cela peut déclencher des règlements de compte et les réseaux vacillent comme des châteaux de cartes. C’est ce qui se produit quand cela coïncide avec de soi-disant “opérations mains propres” ordonnées pour éviter la déstabilisation et la mise en péril du régime. Conséquence : des boucs émissaires jugés “trop gloutons” se retrouvent en prison.

A El Tarf, dans l’est du pays, un gros scandale a éclaté au début de cet été autour du détournement des terres publiques. C’est le correspondant d’El Watan qui s’en est fait l’écho :

"Le juge d’instruction près le tribunal d’El Tarf a en effet placé en détention préventive trois anciens directeurs d’agences foncières d’El Tarf et d’El Kala (dont l’un occupait jusqu’à hier la fonction de DG à Annaba), l’ancien président de l’APW d’El Tarf, Ali-Bouâcha Tahar (devenu propriétaire de la briqueterie de Besbès), des employés de ces agences et de l’APC de Chatt ainsi que deux entrepreneurs. […]

Le dossier qui a soulevé le plus de remous est celui des 400 lots cédés à des personnalités et dignitaires du régime qui ont bénéficié de superbes parcelles de terrain à El Kala et qui les ont revendues avec de fabuleux profits. Il faut signaler à ce propos qu’il existe une liste de tout ce beau monde, mais qui n’a pas été rendue publique pour des raisons qui restent à déterminer."

Les actes dévoilés ne sont pas particuliers à cette localité. C’est simplement un concours de circonstances né de l’intensité des luttes de clans qui a mis à jour cette grosse affaire typique et représentative de l’affairisme qui gangrène toute l’Algérie depuis 1980. Cet affairisme s’est amplifié avec le tournant déclaré vers le capitalisme dans les années 1990.

.

Kader Badreddine

23.09.10


Navigation

Articles de la rubrique