ACTIVITES, INITIATIVES ET DECLARATIONS DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE

vendredi 24 novembre 2017

Déclaration de la FSM sur les salaires de misère à Myanmar

22 novembre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale représentant 92 Millions de travailleurs des 5 continents, condamnent fermement les pratiques anti-ouvrières et les salaires de misère que les patrons et l’administration de la fabrique des plastiques de la Municipalité Hlaing Thariar dans la région de Yangon à Myanmar appliquent aux ouvriers.

Plus de cent ouvriers ont déclaré que les salaires payés sont toujours à un niveau plus bas que le niveau de base. La situation dans cette fabrique est juste un exemple indicatif des niveaux de salaires pour la majorité des travailleurs du Myanmar qui produisent chaque chose et ils sont obligés de vivre dans les conditions scandaleuses de pauvreté et de privations.

La situation peut seulement changer avec la conscience efficace de lutte orientée sur une base de classe. La FSM affirme qu’elle soutient toujours de toutes ses forces les travailleurs en lutte partout dans le monde pour un travail digne avec des droits.

Le Secrétariat
_ _ _

Décès de Sukomal Sen, Président de la commission de contrôle et membre du comité central de la FSM

22 Novembre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale exprime sa grande douleur après la perte de ce camarade qui a consacré toute sa vie à la cause de l’émancipation de la classe prolétarienne.
Il fut un dirigeant syndical engagé et exceptionnel à la tête des luttes des travailleurs du secteur public de l’Inde et sur le plan international en tant que secrétaire général de L’Union Internationale des syndicats des services publics durant plusieurs années.

Il a été l’organisateur et le constructeur du mouvement des employés de l’Etat et du gouvernement en Inde. Il a servi en qualité de secrétaire général de la Fédération des employés de l’Etat et du gouvernement de 1992 à 2008. Il fut dans le passé le Vice-Président de la direction des syndicats indiens.

Sukomal Sen a écrit « La classe ouvrière de l »Inde. Histoire de l’Émergence du mouvement" un ouvrage qui fait autorité dans l’histoire du mouvement de la classe ouvrière.

La FSM rend hommage à ce militant et dévoué dirigeant des syndicats et présente ses sincères condoléances à sa veuve est à ses enfants.


Grèce : Rencontre entre le Secrétaire général de la FSM et Perez Drullet Ismael, membre du secrétariat national de la CTU- Cuba

20 Novembre 2017

Perez Drullet Ismael s’est rendu à Athènes le 19 Novembre où il a rencontré le Secrétaire général de la FSM George Mavrikos au siège de cette organisation.

Leur discussion a porté sur les développements à Cuba et dans la région de l’Amérique Latine ainsi que sur la solidarité historique de la FSM envers le peuple cubain.


Solidarité de la FSM avec les peuples iranien et Irakien à la suite du tremblement de terre

13 novembre 2017

Le secrétariat de la Fédération Syndicale Mondiale exprime ses sincères condoléances aux Iraniens et Irakiens suite aux conséquences tragiques du puissant tremblement de terre qui a secoué les deux pays.

Le séisme d’une magnitude de 7,3 de dimanche soir dans une zone du nord des frontières Iran-Irak a fait au moins 336 morts et des milliers de blessés, selon les dernières informations.


Grèce : Rencontre avec les ouvriers couvreurs de Local 36 (USA-Los Angeles) et la direction de la FSM

13 novembre 2017

Une délégation, des ouvriers couvreurs de Local 36(USA-Los Angeles) composé de Cliff Smith, Frank Mora et Hersan Cstellanos s’est rendue le 13 novembre au siège de la FSM à Athènes en Grèce, où elle a rencontré George Mavrikos.

La rencontre a eu lieu dans un climat d’esprit militant et les deux parties ont discuté de la situation du mouvement des ouvriers dans la région et des activités de la FSM


Conférence Internationale des industries du médicament à Paris

26 octobre 2017

Elle s’est tenue du 25 au 27 octobre à Montreuil, en France, dans les locaux de la direction de la CGT.

Le Secrétaire général de la FSM, Georges Mavrikos, y a pris la parole. Il a souligné les tâches les plus importantes que le mouvement syndical orienté sur une base de classe doit assumer pour une meilleure coordination de la lutte des travailleurs de la pharmacie à travers le monde.


INVITATION

CONGRÈS INTERNATIONAL DES SYNDICATS DE TRAVAILLEURS D’ÉNERGIE

Port-d’Espagne, Trinité et Tobago, les 7 et 8 décembre 2017

Chers collègues,

Les soussignés, en représentation du Syndicat de Champs de Pétrole de la Trinité et Tobago (OWTU), de l’Union Internationale des Syndicats d’Énergie (UIS-Énergie) et de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM), nous vous envoyons nos salutations chaleureuses et solidaires et, par l’intermédiaire de cette invitation, nous les envoyons à tous les membres des Organisations que vous représentez.

La présente invitation a pour objet d’inviter votre organisation à participer au Congrès International des Syndicats de Travailleurs d’Énergie qui aura lieu à Port-d’Espagne de la Trinité et Tobago, les 7 et 8 décembre 2017. L’UIS Énergie rassemble des syndicats de travailleurs du pétrole, du gaz, de l’électricité, de l’énergie nucléaire, du secteur minier-énergétique (houille), de la pétrochimie, de l’eau et de ses annexes.

Ce Congrès sera de grande importance vu qu’il aura lieu dans le cadre la crise du système capitaliste, une crise économique mondiale profonde qui a engendré : une crise énergétique, alimentaire, morale ; une crise de l’environnement, des guerres et l’invasion de pays souverains par les gouvernements des États-Unis et de leurs alliés de l’Union Européenne pour l’accaparement du pétrole.

La classe ouvrière souffre des conséquences de cette crise : licenciements et chômage massif, réductions salariales et limitations des droits sociaux en application des politiques néo-libérales. Tandis que les entreprises transnationales d’énergie sont les grandes gagnantss au détriment des peuples des pays du Tiers Monde qui possèdent des réserves pétrolières.

Chaque jour, nous constatons les agressions et les interventions impérialistes des Nord-Américains et de leurs alliés, comme les gouvernements de l’ Union Européenne, contre le Venezuela, les rivalités dans l’Arctique, l’instabilité au Nigéria, les événements dans le Golfe persique et en Ukraine. Ce qui se passe aujourd’hui par rapport aux actions terroristes contre le peuple de Syrie viennent confirmer encore une fois que les guerres sont menées pour le contrôle de nouveaux marchés, pour l’augmentation des profits et le détournement du pétrole. Et, alors que les bénéfices des transnationales d’énergie augmentent, les salaires baissent et les conditions de travail des ouvriers du secteur énergétique s’aggravent. C’est ça le capitalisme.

Dans ce contexte, les travailleurs du secteur d’énergie sont obligés de jouer un rôle de protagoniste. D’où l’importance du Congrès qui se tiendra à la Trinité et Tobago qui est leader des Caraïbes en matière d’exportation du pétrole et du gaz.

Le Congrès abordera :
– Le rôle des entreprises transnationales d’énergie et celui des blocs impérialistes.

– Le rôle du mouvement syndical pour la défense de ses droits, la défense des acquis sociaux des travailleurs. La lutte pour la défense des ressources naturelles et stratégiques comme l’Énergie à base d’hydrocarbures entre autres.

– La lutte contre les privatisations des secteurs stratégiques et la lutte pour leur re-nationalisation.

– Une plus grande cohésion militante avec la lutte des travailleurs du monde contre les politiques anti-ouvrières et antisyndicales que les entreprises transnationales d’énergie et les gouvernements serviles promeuvent.?

– Un Plan d’Action que le Congrès doit adopter.

PARTICIPATION

1- Chaque organisation peut déléguer jusqu’à 2 représentant(e)s et leurs billets seront pris en charge par leurs organisations respectives.?2- L’organisation d’accueil sera chargée du transport local, du logement et de l’alimentation pendant les jours du Congrès, ainsi que des infrastructures pour la réalisation du Congrès. Une la traduction simultanée en anglais, espagnol et français sera assurée.?

Les délégué(e)s qui vont y participer devront arriver le 6 décembre à la Trinité et Tobago (Port-d’Espagne) et repartir le 8 décembre soir ou, le 9 décembre matin au plus tard ; ceux qui souhaitent rester plus longtemps doivent couvrir leur dépenses.?

Les collègues qui ont besoin de visa devront communiquer 30 jours à l’avance pour que l’organisation d’accueil leur envoie une invitation personnelle pour les formalités d’obtention du visa.

INTERVENTIONS

Chaque délégation pourra participer en prenant la parole avec une intervention de 10 minutes (il est recommandé par écrit).

COMMUNICATIONS ET ENREGISTREMENTS

Les organisations doivent communiquer par les courriers ci-dessous : ?

owarwick gmail.com, info wftucentral.org

POUR LA VICTOIRE DE LA LUTTE DES TRAVAILLEURS DE L’ÉNERGIE !



La FSM présente au 19 ème Festival de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique à Sochi, en Russie

20 octobre 2017

Le festival s’est déroulé du 14 au 20 octobre. La FSM a été invitée par la Jeunesse ouvrière de Russie. Elle a été représentée par une délégation conduite par Mavrikos, son secrétaire-général. Il a souligné dans une intervention adressée aux participants les grands problèmes engendrés par l’exploitation capitaliste et auxquels la jeunesse travailleuse fait face.

Il a également mis l’accent sur l’importance du Congrès de la jeunesse travailleuse de la FSM qui se tiendra prochainement à Rome et qui traitera de toutes les questions contemporaines rencontrées par les jeunes travailleurs dans le monde.


La FSM au Symposium ACTRAVILO : quel travail voulons-nous ?

19 octobre 2017

« L’avenir du travail que nous voulons », tel a été le thème du symposium organisé par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) du 18 au 20 octobre 2017. La FSM a exposé sa conception de classe dans le texte qui suit.

En tant que Fédération Syndicale Mondiale (FSM), le cœur de notre action depuis 1945 a été les luttes constantes pour la satisfaction des besoins contemporains des travailleurs ; les luttes pour un travail avec de pleins droits dans chaque « champ de bataille » : à l’usine, au chantier naval ou dans les bureaux. Partout où il y avait un appel des travailleurs à la dignité, la FSM était là pour exprimer sa solidarité et la présence de ses meilleurs militants.

Néanmoins, le déclenchement de la crise capitaliste dans le monde, causé par la suraccumulation du capital, a créé les conditions qui ont rendu possible un assaut sans précédent contre l’emploi des travailleurs, la sécurité sociale et les droits syndicaux. Afin de maximiser leurs profits et de renforcer le capitalisme, les multinationales et les grands groupes de monopoles ont vu une opportunité en or pour supprimer tout droit du travail que les travailleurs avaient acquis avec leur propre sang. Dés lors, ils ont déclenché une campagne totale dans le but d’abolir les droits des travailleurs et pour dépasser la crise, en chargeant les travailleurs de fardeaux. En d’autres termes : les simples travailleurs étaient ceux qui « payaient » avec leur propre sueur la crise capitaliste dans le passé, les simples travailleurs étaient les mêmes qui auraient à payer les pertes de la crise dans le présent.

Évidemment, la FSM, mouvement ouvrier de classe, ne fut pas surprise par les politiques anti-ouvrières, les monopoles et les industriels avaient déjà exprimé leurs intentions à une première étape. La plus grande partie des meures anti-ouvrières prises au courant des dernières années en Grèce, France, Italie et ailleurs avaient été déjà décrites en détail depuis le début de 1990 comme des objectifs stratégiques de l’UE et de l’OCDE dans le cadre du Livre Blanc et du traité de Maastricht. Dans cette voie, les Accords Collectifs ont été retirés, les salaires et traitements ont été réduits, des dispositions vers un travail flexible ont été prises, la disparition des acquis de la sécurité sociale. De l’Amérique Latine à l’Europe et à l’Afrique il y a un front anti-travailleur compact dont le but est de se débarrasser des droits du travailleur et de faciliter son licenciement.

A la lumière de ce qui vient d’être dit, il apparaît que l’avenir du travail que préparent les classes dirigeantes pour ceux qui produisent les richesses du monde n’est pas brillant. C’est pourquoi, le monde du mouvement ouvrier orienté sur une base de classe s’interroge : est-ce cet avenir que nous voulons pour nous et nos enfants ? Un travail mal rémunéré, des salaires de misère, un esclavage moderne ? Le débat sur l’avenir du travail n’est ni un bavardage de boutiquier, ni un vague concept. Le mouvement syndical orienté sur une base de classe, partout où il doit agir, dans son pays ou au sein de l’organisation internationale du Travail, doit mettre l’accent sur ce point.

Ainsi, cela dépend des tâches urgentes que le mouvement orienté sur une base de classe incorpore à son agenda, avec pour première préoccupation de récupérer les pertes que la classe ouvrière a subies dans les dernières années de la crise.

En tant que FSM, nous ne pouvons pas imaginer l’avenir du travail dans le débat d’aujourd’hui dans cette salle, sans des Accords collectifs. Nous ne pouvons pas imaginer l’avenir du travail sans un emploi stable avec des droits complets. Nous ne pouvons pas tolérer d’aller au travail sans le droit à la sécurité sociale. Il est inacceptable de se compromettre avec le chômage généralisé, la pauvreté et le terrorisme des patrons sur les lieux de travail.

Afin de préserver tous les acquis des travailleurs, nous avons édifié un fort mouvement syndical. Et dans le but de construire un mouvement ouvrier militant non seulement nous avons besoin de syndicats pour des droits mais avant tout, nous devons garantir la protection du droit de grève. En rejetant toute pression du gouvernement et des employeurs pour le restreindre, nous pouvons créer un mouvement ouvrier fort, capable de penser et d’agir pour lui même. Un mouvement capable de combattre la régression des luttes ouvrières, le faible niveau d’organisation sur les lieux de travail. Un mouvement qui donnerait l’opportunité aux femmes de participer et d’être élues dans ses rangs et qui assurerait l’organisation des migrants et des réfugiés, tout en étant un ennemi puissant du fascisme, du racisme et de la xénophobie.

En même temps nous partageons certaines des inquiétudes au sujet de la répercussion sur le monde du travail du numérique et des nouvelles technologiques. Pour nous, chaque innovation technologique devrait être jugée sur les bases des vies des travailleurs. Nous croyons fermement que les nouvelles technologies doivent contribuer au bien-être des travailleurs et non pas à la maximisation des profits des monopoles, c’est-à-dire les nouvelles technologies doivent être mises au service des simples gens.
En parallèle, nous voudrions aussi souligner l’impact du changement de climat, particulièrement à la lumière du phénomène naturel terrible qui a infligé de grands dégâts au Mexique et dans la région américaine de l’Ouest. Il nous rappelle le besoin urgent de la protection sociale et de la lutte efficace contre la dégradation environnementale. Ceci constitue aussi un important aspect du travail digne que nous voulons assurer aux vies des travailleurs.

C’est dans ce contexte que la Fédération Syndicale Mondiale imagine l’avenir du travail. Parce que l’avenir du travail est avant tout et en tout lieu celui des hommes et des femmes qui produisent la richesse de l’ensemble de la société humaine dans tous les coins de la planète.
Toute autre déclaration ne sera malheureusement qu’un simple voeu pieux.


La Fédération Syndicale Mondiale solidaire des travailleurs de la raffinerie Tüppras en Turquie

17 octobre 2017

Un accident de travail mortel s’est produit dans cette raffinerie le 11 octobre 2017. Un réservoir de pétrole brut a explosé pendant une opération de maintenance. Quatre ouvriers d’une société sous-traitante ont été tués et deux autres blessés. La FSM dénonce ce nouvel accident qui est en fait un crime que les patrons de la raffinerie doivent assumer. Il s’inscrit en effet dans la série des accidents survenus depuis 2009 dans cette même raffinerie. Ils se sont soldés par de nombreux morts et blessés parmi les travailleurs. Les causes sont toujours les mêmes : intensification du travail suite à la privatisation, recours à la sous-traitance et absence de mesures adéquates de protection de la santé et de la sécurité.

La FSM exprime ses sincères condoléances aux familles et amis des travailleurs décédés.

La Turquie est le premier pays en Europe et le troisième dans le monde pour les accidents mortels du travail. Cette année, 1485 travailleurs ont perdu la vie sur leurs lieux de travail. Au cours du seul mois de septembre, 147 de nos frères ont perdu la vie dans des accidents qui ne sont rien d’autres que des crimes pour hausser le profit des monopoles.

Mouvement syndical organisé sur une base de classe, la FSM met l’accent sur la revendication permanente et urgente pour l’application et le respect constant des mesures de santé et de sécurité sur les lieux de travail. La FSM demeurera aux côtés des travailleurs de la raffinerie de Tüppras. Elle souhaite un prompt rétablissement à nos frères blessés. Tous les responsables doivent rendre des comptes et une indemnisation doit être accordée tant aux travailleurs blessés qu’aux familles des travailleurs décédés.

La FSM exhorte l’ensemble des travailleurs de Turquie à renforcer leur lutte pour l’application des mesures de santé et de sécurité sur les lieux de travail, pour la réalisation d’inspections objectives publiques de la sécurité, pour la protection de leur vie et l’amélioration générale de leurs conditions de travail et leur niveau de vie.


Les responsables des syndicale du Laos au siège de la FSM

17 octobre 2017

Une délégation de haut niveau de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) du Laos conduite par son président Pan Noymany et le directeur du Département international Vilay Vonkhaseum a rendu visite aux bureaux centraux de la FSM à Athènes et a rencontré son Secrétaire général George Mavrikos.

Ils ont discuté de la situation dans la région et il a été décidé de renforcer les activités communes de la FSM de la FTUL.


Lutte des travailleurs licenciés des Supermarchés Real de Turquie

16 octobre 2017

Le rachat de la société Real Supermarchés par le groupe Métro AG, un monopole international d’Allemagne opérant dans de nombreux pays, n’a pas empêché sa mise en faillite et le licenciement de plus de 1700 travailleurs.

Les travailleurs des Supermarchés Real ont organisé ces derniers mois des manifestations à Istanbul, Ankara, Kocaeli, Kaysen, Adanaces, pour obtenir le versement de leurs indemnités. Ils sont soutenus par le syndicat Naklyiat d’Istanbul, affilié à la FSM, mais les syndicats jaunes tentent d’étouffer leurs luttes.

La Fédération Syndicale Mondiale leur a exprimé sa solidarité dans la défense de leurs droits.


Les médecins résidents de Varsovie observent une grève de la faim

16 octobre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale qui est la voie militante de plus de 92 millions de travailleurs dans 126 pays du monde, se tient aux côtés des médecins résidents de Varsovie, Pologne, qui ont récemment déclenché une grève de la faim et

Ils ont organisé des manifestations pour revendiquer l’augmentation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Ils dénoncent le surmenage provoqué par la réduction des effectifs du personnel médical.

La Fédération Syndicale Mondiale en tant qu’organisation de classe est solidaire de leur mouvement de protestation. Elle soutient fermement la défense de la santé publique gratuite de qualité pour les citoyens de tous les pays, alliée à de dignes conditions de travail et de salaires afin que les médecins puissent exercer leur profession de la meilleure façon possible. Les revendications des docteurs résidents ne sont pas « irréalistes ». Ce sont les politiques suivies qui conduisent à la détérioration du système de santé et bafouent les droits des médecins.

La question de la protection de la santé est cruciale et concerne tous les travailleurs et les couches populaires de Pologne. La FSM appelle tous les travailleurs de Pologne à défendre les revendications des médecins et à intensifier la lutte pour améliorer leurs conditions de vie et de travail ainsi que leurs droits sociaux.

Le Secrétariat


La rencontre FSM- Syndicats de l’Inde adopte les « Conclusions de Kolkata »

10 octobre 2017

La rencontre qui a réuni durant deux jours FSM et Syndicats de l’Inde à Kolkata s’est achevée avec succès le 10 octobre 2017. Les délégués de tous les secteurs ont débattu de la situation et des conditions auxquelles les travailleurs font face dans différents domaines et de quelle manière le mouvement syndical orienté sur une base de classe doit s’organiser dans sa contre-attaque en faveur de la classe ouvrière et de la protection des intérêts des travailleurs.
Elle a regroupé les représentants de neuf Unions syndicales à la demande du Secrétariat de la FSM pour concrétiser les diverses propositions et les programmes d’action des syndicats de ce pays.

Le document « Conclusions de Kolkata » a été approuvé à l’unanimité.

Conclusions de Kolkata

La rencontre annuelle de consultation FSM-Syndicats de l’Inde s’est déroulée une année environ après le 17 ème Congrès de la Fédération Syndicale Mondiale à Durban, Afrique du Sud et cinq mois environ après la réunion du Conseil Présidentiel de la Havane, Cuba.
Elle s’est tenue dans une situation où la crise systémique du capitalisme s’approfondit et où la classe capitaliste poursuit sa tentative de maintenir et d’augmenter ses profits en faisant supporter le fardeau de la crise par la classe ouvrière et les autres catégories du peuple laborieux. Les droits durement arrachés et les conquêtes sociales de la classe ouvrière subissent tous ces attaques.

Cet assaut doit être combattu aux niveaux national et international. Les Syndicats de l’Inde ont une lourde responsabilité dans la conduite de ce combat. Ils doivent développer et renforcer les mouvements sectoriels, les coordonner dans leurs secteurs respectifs à travers le monde sous la direction et avec le soutien de la FSM.

L’idéologie de la FSM, la compréhension du 17 ème Congrès de la FSM au sujet de la situation et du rôle des syndicats orientés sur une base de classe doivent être pris au niveau des racine ouvrières dans nos secteurs respectifs.

Les syndicats de l’Inde sont les organes principaux du mouvement syndical orienté sur une base de classe. Ils ont la responsabilité fondamentale de défendre les droits des travailleurs dans leurs secteurs respectifs y compris les droits des syndicats, la liaison des lieux de travail avec la FSM

Le principe de base de fonctionnement énoncé par la FSM, un fonctionnement ouvert et démocratique devrait être dûment reflété dans le fonctionnement de tous nos syndicats. Désormais, les défauts dans le fonctionnement avec les syndicats existants de l’Inde, quels qu’ils soient, doivent être dépassés avec en toute urgence.

Pour réaliser ses principes, nous devons accomplir les tâches suivantes :

* Tous les syndicats doivent se réunir régulièrement, discuter des développements dans leurs entreprises, des conditions des travailleurs dans leurs industries et leurs luttes dans divers pays au niveau global. Un mécanisme pour la circulation régulière de l’information parmi les unions affiliées à travers le globe sera élaboré et efficacement appliqué.

* Soutenir les luttes des travailleurs dans leurs entreprises à travers le monde, le plan des actions de solidarité et les appliquer ; informer le Secrétariat de la FSM de ces luttes pour un plus large soutien et solidarité.

* Un plan d’activités qui aiderait le développement idéologique de la classe ouvrière et de ses secteurs respectifs.

* Examiner l’application des décisions et des progrès à toutes les réunions et formuler en conséquence les activités.

* Renforcer la coordination parmi les diverses unions syndicales affiliées de l’Inde et entre ces unions et la FSM pour développer une résistance efficace et globale à l’assaut global des capitalistes.

* Le 150 ème anniversaire de la publication du « Capital » devra être commémoré pour répandre la vigilance au sujet de la nature exploiteuse inhérente du système capitaliste et élever la conscience de la classe ouvrière pour mettre un terme à l’exploitation.

* Les Syndicats de l’Inde affiliés doivent prendre en charge jour après jour les problèmes des travailleurs, analyser objectivement sous un angle de classe la cause des problèmes et organiser la lutte pour réaliser les revendications des travailleurs.

* Les syndicats de l’Inde doivent œuvrer pour développer l’unité avec les paysans, les étudiants et les employés indépendants.

* Les syndicats de l’Inde ont pour devoir la promotion de la solidarité internationale avec les travailleurs des autres secteurs et des autres pays.

* Les Syndicats de l’Inde doivent prêter une attention aux développements diaboliques de la politique suivie envers les réfugiés et les migrants économiques pour faire face aux atrocités internationales inhumaines qui sont directement liées à la crise de l’impérialisme et du capitalisme barbares.

* Les syndicats de l’Inde doivent agir comme un puissant levier de lutte contre la barbarie capitaliste poursuivie par les monstrueuses sociétés multinationales.

* Mener des efforts précis pour améliorer la position opérationnelle des syndicats de l’Inde, avec une attention spécifique pour renforcer le fond de la position des syndicats dans le but d’étendre leur rôle et leurs activités.

* D’entreprendre des études et décrire à des intervalles réguliers le développement des entreprises avec des faits et des images avec en vue d’instruire les cadres et les masses au niveau international et envoyer des rapports au Secrétariat de la FSM.

* D’établir la coordination entre les Bureaux régionaux et les syndicats de l’Inde dans chaque région, afin de s’entraider les uns et les autres et pour l’application des programmes collectifs.

* Les syndicats de l’Inde doivent continuellement promouvoir la FSM au sein des profondes racines des travailleurs et unions et de les amener dans la famille de la FSM. Ceci devrait être un paramètre important pour juger les succès organisationels de tous les syndicats de l’Inde.

* Les syndicats de l’Inde doivent participer aux activités des différents forums de la FSM et appliquer les programmes de campagne et d’action décidés de temps en temps par la FSM y compris d’observer la journée d’action du 3 octobre chaque année.

* Les syndicats de l’Inde doivent élire démocratiquement leurs dirigeants dans leurs congrès et s’assurer que les nouveaux cadres et dirigeants soient actifs et efficaces pour s’acquitter de leur responsabilité aux postes qu’ils détiennent dans leurs syndicats respectifs.

Le Secrétariat de la FSM peut assurer régulièrement la communication aux syndicats de l’Inde et étendre le soutien idéologique et organisationnel sur une base de classe aux syndicats de l’Inde.


Rencontre annuelle FSM- Syndicats de l’Inde

9 octobre 2017

La rencontre qui s’est déroulée les 9 et 10 octobre dans la ville de Kolkata a été marquée par une forte participation et un enthousiasme combatif.

Hemalata, président de la Confédération des syndicats de l’Inde (TUI), a ouvert les travaux par un discours de bienvenue.

Georges Mavrikos, Secrétaire général de la FSM, a souligné dans son discours d’introduction l’importance des luttes des organisations sectorielles de la FSM à cette phase actuelle. Il a mis l’accent sur le rôle crucial des syndicats de l’Inde pour la réalisation des objectifs de la FSM, pour la satisfaction des besoins contemporains de la classe ouvrière.

Se sont ensuite succédé à la tribune, Hariaran Mahadevan, président du Bureau régional Asie et Pacifique de la FSM et Secrétaire général, Swadesh Dev Roye coordinateur général sectoriel des organisations des syndicats de l’Inde et adjoint du secrétaire général de la FSM


Afrique du Sud : La COSATU salue et félicite les travailleurs pour le succès de la grève nationale

30 septembre 2017

Le Congrès des Syndicats d’Afrique du Sud (COSATU) salue et félicite les milliers de travailleurs, qui ont quitté hier leur travail et participé à la grève nationale dirigée par le COSATU. La Fédération est plus que satisfaite de l’ensemble de la participation des travailleurs à la grève nationale d’hier. Le COSATU demeure la seule organisation qui peut organiser une trentaine de défilés au milieu de la semaine de travail à travers le pays. Elle a prouvé une fois de plus que la fédération est vivante, en bonne santé, et prête à conduire en première ligne le combat contre l’accaparement de l’Etat, la corruption et les pertes d’emplois.

Nous sommes reconnaissants envers les organisations affiliées qui ont mobilisé les travailleurs en leur fournissant les moyens de transport pour participer à la grève. Comme d’habitude, la grève de la Fédération a été caractérisée par la discipline, la passion et une atmosphère de gaieté.

La COSATU a montré une fois de plus qu’elle reste engagée pour le contrôle ouvrier et la démocratie parce que quand les travailleurs ont demandé une grève contre l’accaparement de l’Etat, la corruption la Fédération a accepté leur réclamations. La Fédération n’est pas restée silencieuse dans ces critiques qui ont été traduites par des actes et non par des paroles. La grève nationale a montré que les organisations de travailleurs restent une force sociale pour le changement et la transformation.

La grève était juste un commencement et nous continuerons à mobiliser et à refouler le phénomène criminel de la capture de l’Etat et le cancer de la corruption. L’avenir de notre économie, de nos enfants et de notre démocratie sont en jeu si nous échouons à démonter le réseau patronal qui pille les coffres de l’Etat. Nos emplois, nos caisses de retraites de travailleurs sont en jeu si nous ne repoussons pas le cancer de la corruption qui se manifeste à la fois dans les secteurs public et privé.

Nous revenons à nos planches pour aiguiser et intensifier nos tactiques afin de combattre la capture de l’Etat et la corruption parce que nous savons combien la journée est longue et dure. Le grand patronat et le gouvernement ont besoin de comprendre que les travailleurs en ont assez de patienter et qu’ils réclament maintenant un réel changement.

Les travailleurs ont réaffirmé sans ambiguïté le caractère de la COSATU comme une fédération radicale et orientée sur une base de classe des syndicats. Nous sommes engagés à poursuivre la tâche qui nous a été confiée par le 12° Congrès national : pour construire une COSATU dont l’influence sur la société reste basée sur sa force organisée et sa capacité de mobiliser. Nous continuerons de défendre nos programmes socio-économiques, nos pressions pour mobiliser au soutien de nos politiques en faveur des pauvres et aussi pour participer aux alliances politiques et sociales.

Nous continuerons sans cesse le travail pour construire une fédération qui restera à l’écoute des intérêts immédiats de ses adhérents, et tout aussi bien sur les plus larges questions sociales et politiques.

Alors que la COSATU garde encore à sa disposition la majorité du soutien des travailleurs, nous sommes engagés à servir les intérêts non seulement de nos adhérents mais aussi de tous les travailleurs. Nous continuerons à lutter pour l’unité des travailleurs et de la classe ouvrière. La division des travailleurs est encouragée et soutenue par ceux qui voient leurs intérêts et non pas ceux des travailleurs.

La COSATU reste inflexible sur ses engagements politiques. Nous avons la ferme opinion que les luttes à la base dans les entreprises ne doivent pas être séparées des luttes politiques. Même d’une pure position économique de classe, il est complètement naïf de limiter les luttes ouvrières aux questions au niveau des entreprises. Les politiques déterminent qui détient le pouvoir d’Etat, qui fait les lois, qui contrôle la police, les tribunaux, l’armée et les prisons. Toutes ces questions affectent les travailleurs et ne peuvent pas être ignorées. Sans aborder ces questions, les acquis obtenus dans les entreprises par les travailleurs sont en danger s’être liquidés et abrogés par les politiques anti-ouvrières d’un gouvernement en exercice.

Publié par la COSATU


Une délégation de l’Union générale des travailleurs de Palestine rend visite à la FSM à Athènes

1er octobre 2017

Composée de Haidar A. Kabha, son Secrétaire général et de Souzan T.I. Abdeslam, Président de l’Union des Travailleurs de Jérusalem, elle a rencontré Georges Mavrikos, Secrétaire Général de la FSM, Nikolas Théodorakis chef du Département des Relations internationales du PAME, Arida Anastasaki Coordonateur du Bureau central de la FSM et Mohamed Iqnabi délégué de l’UGTP en Grèce.

La réunion a réaffirmé les relations fraternelles de la FSM et de l’Union Générale des Travailleurs de Palestine.


Soutien de la FSM à l’appel de la confédération Sud-Africaine des Syndicats à la grève générale le 27 septembre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale exprime sa solidarité de classe à la COSATU et à la classe ouvrière Sud-Africaine dans leur lutte pour l’émancipation des travailleurs.

Elle se tient fermement aux côtés de la COSATU et de toutes les organisations qui lui sont affiliées, principalement NEHAWU, POPCRU, NUM, CEPPAWU.

Elle exprime sa confiance dans les initiatives communes du Parti communiste d’Afrique du SUD (SACP) et de la COSATU pour un avenir meilleur pour les ouvriers et le peuple d’Afrique du Sud, pour un monde sans exploitation de l’homme par l’homme.

Elle appelle les organisations syndicales de classe en Afrique du Sud à mobiliser les travailleurs pour intensifier les luttes en faveur du peuple sud-africain.


Message de la FSM après un nouvel accident du travail au Bangladesh

22 Septembre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale, qui rassemble 92 millions de travailleurs aux quatre coins du monde, exprime ses sincères condoléances aux familles, aux proches et amis des 6 ouvriers qui ont perdu leur vie en travaillant dans de misérables et dangereuses conditions pour obtenir leur gagne-pain.

Malgré la persistance des accidents mortels dans les usines de textiles au Bangladesh, les capitalistes refusent l’application de mesures adéquates de protection car ils les considèrent comme des dépenses supplémentaires.

Le but des entreprises privées est de produire au prix le moins cher possible des produits textiles afin d’assurer l’approvisionnement des grandes firmes de vêtements. La recherche des profits pour la classe bourgeoise n’est pas compatible avec les intérêts des travailleurs

La Fédération Syndicale Mondiale appelle aux luttes militantes et à la résistance au système capitaliste de pauvreté et d’exploitation. Dans cette direction le Conseil présidentiel de la FSM a décidé récemment de créer une nouvelle organisation sectorielle pour la coordination des luttes orientées sur une base de classe dans le secteur du textile et du vêtement.


Solidarité avec les travailleurs en grève de l’hôpital universitaire de Düsseldorf en Allemagne

22 septembre 2017

Les travailleurs et les étudiants de l’hôpital universitaire de Düsseldorf en Allemagne ont observé hier une grève de 24 heures en revendiquant la signature d’une convention collective et un accord du travail.

Ils demandent aussi le recrutement d’un personnel adéquat dans le but de couvrir les besoins actuels de l’hôpital et de ses patients.


Aux côtés des travailleurs français en grève le 21 septembre

21 septembre 2017

La FSM exprime sa solidarité avec des milliers de travailleurs, des grévistes, qui ont manifesté le 21 septembre partout en France contre les ordonnances du gouvernement du Capital. La FSM salue ses affiliés et amis en France qui mènent un combat dur pour le renforcement des luttes des travailleurs.

Venceremos !


Importante délégation de la Fédération Générale des Travailleurs d’Irak (FGTI) au siège de la FSM à Athènes

Conduite par son président, la délégation a pris part le 20 septembre 2017 à une réunion avec le Secrétaire Général de la FSM George Mavrikos.

La situation des ouvriers en Irak et le développement des diverses activités ont été discutées. La FSM a réitéré sa solidarité internationaliste avec le peuple d’Irak contre les guerres et interventions impérialistes.


Afrique du Sud : commémoration des 30 années de combats syndicaux de la NEHAWU

16 Septembre 2017

L’année 2017 marque les 30 années depuis la création de l’Union Nationale des travailleurs de la Santé (NEHAWU). Elle avait été lancée en juin 1987. C’est une importante étape dans l’histoire de cette grande union syndicale du secteur public.

Tout au long des trente années de son existence, elle a grandi pour devenir une très forte union préoccupée par la transformation du secteur public et la lutte pour la fin de l’exploitation, de l’externalisation et de l’oppression d’une classe par une autre.

La célébration de cet anniversaire a commencé le 28 juin 2017, lors du 11 ème Congrès National. En commémorant cette importante étape, l’Union a pris la décision d’organiser la célébration de cet anniversaire dans les neuf provinces. Les cérémonies se présenteront sous la forme d’une lecture de l’histoire de l’Union, particulièrement le rôle joué par l’Union à la fois dans les luttes ouvrières à l’intérieur et sur le plan international, la croissance de l’Union au long des années et les victoires remportées côté à côte avec les ouvriers pour de meilleures conditions de vie, de salaires et de travail.

Gauteng a lancé les célébrations le 11 août au Centre de la communauté Ipelegeng de Soweto. C’est à ce même endroit que l’union fut créé. Elles ont eu lieu le 22 août à la Haute Ecole Commerciale des Techniques de Makabelane, le 1 er septembre à Kwazulu-Natal à l’hôpital Grey de Pietermaritzburg, le 15 septembre à l’université de cette ville. Elles se poursuivront jusqu’au 20 octobre.


La FSM dénonce le renforcement de l’armement militaire du Japon

14 Septembre 2017

Sous l’effet de rivalités impérialistes aiguës, le Japon impérialiste poursuit son agressivité en Asie et dans la zone du Pacifique . Le Premier ministre du Japon, sous le prétexte d’une menace Nord-Coréenne, promeut de nouvelles augmentations du budget du ministère de la Défense.
Plus encore, le Premier Ministre japonais prépare le chemin à une élévation de l’armement militaire avec des déclarations de ce genre :
« Nous devons prendre les mesures nécessaires contre le développement semblable à celui de l’essai du missile Nord-Coréen sur le Japon » et « personne ne vous protégera si vous n’avez pas une mentalité de vous protéger vous-mêmes ».
La FSM représentant 92 millions de travailleurs de tous les coins du monde, demande la désescalade immédiate de la tension militaire dans les régions de la presqu’île Coréenne et de la plus étendue région du Pacifique asiatique.Nous luttons pour mettre un terme aux plans impérialistes, et les investissements dans les équipements militaires. Nous demandons que le budget des dépenses du gouvernement pour la couverture des besoins contemporains du peuple et non pas pour les besoins contemporains des multinationales.

Le Secrétariat


La FSM solidaire de la FNIC-CGT pour l’appel à la grève dans la branche pétrole

13 Septembre 2017

La Fédération Syndicale Mondiale exprime sa solidarité à son organisation qui lui est affiliée en France, la Fédération Nationale des Industries Chimiques (FNIC-CGT) pour sa décision de mobilisation à la grève du 12 septembre.

Nous soutenons pleinement leur demande de renforcer la lutte dans les prochains jours et nous appelons ouvertement la classe ouvrière de la France pour intensifier sa lutte contre les politiques anti-travail des nouveaux et des anciens gouvernements.

La FSM joint sa voix à celle des travailleurs de France qui exigent le respect de leurs justes droits contre les assauts de la politique anti-travail de l’Union européenne et de ses gouvernements, qui attaque avec la même brutalité les travailleurs dans tous les pays.
La classe des travailleurs dans chaque pays, organisée dans ses syndicats militants, de classe, démocratiques, en solidarité internationaliste et en alliance sociale avec les paysans pauvres, les travailleurs indépendants, les mouvements de jeunes et des femmes, a le pouvoir de renverser cette politique et ouvrir le chemin pour une alternative, en faveur des peuples, d’un monde sans exploitation et sans la barbarie capitaliste, un monde de prospérité et de paix.


Damas (Syrie), Conférence internationale des syndicats pour la solidarité avec le peuple et les travailleurs Syriens contre le terrorisme, le blocus et les politiques impérialistes d’intervention.

11 Septembre 2017

A Damas (Syrie) George Mavrikos, le Secrétaire général de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM) participe à la Conférence internationale des Syndicats « en solidarité avec le peuple et les travailleurs Syriens contre le terrorisme, le blocus et les politiques impérialistes d’intervention » qui se tient les 11 et 12 septembre 2017. Il est accompagné de Georges Perros, Vice-Président de la FSM. Georges Mavrikos s’est adressé à la conférence le lundi 11 septembre.


Tunisie : La FSM a participé au 1er Congrès National
de l’Organisation du Travail de la Tunisie

9 Septembre

Le premier Congrès National de l’Organisation du Travail de la Tunisie a commencé le 8 Septembre à Tunis et a poursuivi ses travaux jusqu’au 10 septembre 2017.

Les délégations étrangères de Nakylia (Turquie), du SNAPEST (Algérie) - de la GUPT Palestine et de l’UNTM (Maroc) ont participé à l’ouverture du Congrès et ont parlé de la situation des travailleurs dans leurs pays.

L’envoyé de la FSM , Maria Barouti du Bureau central de cette organisation internationale des travailleurs s’est adressé au Congrès, pour exprimer en son nom sa solidarité internationaliste avec eux et pour souligner la nécessité de renforcer les luttes en les orientant sur une base de classe à travers un mouvement syndical militant.


AFRIQUE DU SUD : La FSM solidaire avec les mineurs de Kusasalethu et avec l’Union des travailleurs des Mines (NUM)

Elle exprime sa solidarité internationaliste avec les travailleurs de la mine Harmony de la Compagnie minière aurifère de Kusasalethu, proche de Cartetonville, à l’ouest de Johannesburg et avec l’Union Nationale des Mineurs.
Le vendredi 25 août dernier au matin, cinq mineurs ont été piégés après un tremblement causé par l’effondrement de secteurs de la mine aurifère. Les d’entre eux furent ensevelis, et deux autres mineurs furent pris au piège sous terre.
la FSM exprime ses plus profondes condoléances aux familles et aux amis des travailleurs décédés.
Comme mouvement orienté sur une base de classe, la FSM souligne la revendication permanente et urgente de l’observation et de l’application constantes des mesures de santé et de sauvegarde dans les endrois dangereux des mines et également et dans tous les autres. La FSM se tient aux côtés demeurons au côté de la NUM qui appelle à une élévation de l’opération de sauvetage pour sauver les deux mineurs encore piégés.

LE SECRÉTARIAT, 30 août 2017 - Afrique du Sud


FSM : Déclaration sur les conditions de travail dans l’usine LARCO en Grèce

28 août 2017

Elle dénonce les conditions de travail prévalant dans cette usine. Les syndicats locaux de soudeurs- artisans- travailleurs et métallurgistes de la préfecture de Fthiodida vont entrer en grève le 29 août 2017, pour dénoncer leurs conditions de travail pénibles et dangereuses, les contrat esclavagistes modernes, le manque de mesures essentielles de sécurité, le travail qui n’est ni assuré ni payé, les salaires faméliques et la violation des droits du travail.

Malheureusement, le 27 août, alors que le syndicat préparait sa grève, un travailleur fut sérieusement blessé dans un nouvel accident. Il été brûlé , alors qu’il travaillait à un four. Le sérieux et la gravité de la dénonciation des syndicats et la nécessité d’une application des revendications des travailleurs sont confirmées par la réalité elle-même de la plus dure façon qui fût. Nous désirons un rétablissement rapide et complet de notre collègue. Il est la dernière victime du manque de santé et de sécurité sur les lieux de travail.
Les travailleurs qui luttent dans chaque usine d’une région dans le monde luttent pour la classe ouvrière dans son ensemble. La voix militante des 92 millions de travailleurs des cinq continents soutient fermement les travailleurs de LARCO et les justes revendications de leurs luttes. Le mouvement syndical orienté sur une base de classe exprime sa solidarité avec tous les travailleurs du Front Militant et avec la classe ouvrière grecque.

Le Secrétariat


Brésil : le 4e Congrès National de la Confédération des travailleurs du Brésil (CTB) a abrité un Séminaire International sur la crise capitaliste

25 août 2017

Le Congrès a démarré le 24 août. La FSM a été représentée par une délégation d’un haut niveau dirigée par son Président Mizwandle Michael Makwaiba. Le Congrès s’est poursuivi jusqu’à samedi 26 Août. Il devait se clôturer par l’élection d’une nouvelle direction.

Au premier jour du congrès s’est tenu un séminaire sur la crise capitaliste et le rôle du mouvement des travailleurs. Y ont pris part les délégués de 26 pays. Le Président de la FSM a adressé un discours pour exprimer les positions de son organisation sur la question.

Le lendemain matin, vendredi 25, et en marge du congrès, le Président de la FSM a visité une usine de la société Ford à Camari, Bahia.

Le Président du syndicat des travailleurs de la métallurgie, Jùlio Bonfim a salué le président de la FSM et les syndicalistes du Pérou, du Portugal, de Cuba, d’Afrique du Sud, de Grèce, de Valence et de la République Dominicaine qui l’accompagnaient.


Déclaration de la FSM sur le séisme en Italie

25 août 2017- Europe, Italie

La Fédération Syndicale Mondiale, représentant 92 millions de travailleurs des cinq continents, condamne les pratiques criminelles des sociétés de construction, qui sont révélées, une fois de plus, après les conséquences et la mort, qu’un séisme de faible puissance a laissé derrière lui dans l’île de Ischia, Italie.

Selon des experts, un séisme d’une amplitude de 4 degrés sur l’échelle de Richter n’aurait pas causé, en toutes circonstances, un tel désastre. Le responsable local de la protection de l’environnement, T. Matzara a dit qu’il y a une très grande activité dans la construction sur l’île et un pâté de maisons apparaît juste en peu de semaines. Il a dénoncé aussi qu’en de nombreuses occasions, les constructions étaient totalement illégales et que la probabilité d’une catastrophe était « absolument prévisible ». Le procureur de Naples, T. Meniliotis, a parlé d’un phénomène sérieux de projets de constructions illégaux et arbitraires, que les poursuites judiciaires sont estimées à être déclenchées ainsi qu’une enquête pour homicide et négligence.

La FSM exprime ses sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes. Une fois de plus, un crime conscient a été commis contre des victimes innocentes pour le bien du profit. Ce sont les effets tragiques d’un système qui est basé sur l’accroissement des richesses capitalistes au lieu des conditions de vie de qualité pour le peuple. Nous appelons le mouvement syndical international orienté sur une base de classe à renforcer la lutte pour l’application de mesures adéquates de protection dans tous les aspects de la vie des peuples.

Le Secrétariat


Tour de table Syndicats NEHAWU d’Afrique du Sud et FSM

23 août 2017 - Afrique du Sud

NEHAWU et FSM ont participé à un tour de table de discussions le 23 Août 2017 à la maison de NEHAWU avec la participation des cadres syndicaux d’Afrique du Sud et de pays voisins.

« Une année après le 17e Congrès de la FSM », ce fut le thème des discussions . Les participants ont discuté au sujet des pas positifs de la FSM après le Congrès mondial des syndicats et l’application de la « Plate-forme du Nigeria » adoptée décidé à la 3 ème Conférence Panafricaine de Abuja au Nigeria.

La FSM a été représentée par Nicolas Théodorakis, membre de son Bureau officiel et chef du Département International de PAME.