Pompiers pyromanes : quand on joue avec le feu on se brûle

mardi 1er décembre 2015
par  Alger republicain

Pour comprendre et situer le contexte du sanglant attentat des fous de dieu dans la région parisienne, il faut prendre en compte les manifestations politiques de la crise du système capitaliste. Elle a aggravé la situation politique internationale, aiguisé les contradictions entre les intérêts stratégiques des puissances impérialistes dans le monde, notamment pour la conquête de nouveaux marchés et pour dominer et contrôler les approvisionnements des matière premières, pétrole et gaz en particulier.

Les pompiers pyromanes que sont les Buch, Obama, Sarkozy, Cameron et Hollande, les boutefeux notoires, tel Fabius, et qui ont mis le Moyen Orient à feu et à sang en s’appuyant sur les forces internes les plus rétrogrades et des bourgeoisies locales capitulardes, n’ont rien fait pour empêcher les fous de dieu d’occuper de nombreux territoires dans la région. Bien au contraire, depuis des décennies, pour remplacer des dirigeants qui n’obéissent pas à leurs injonctions, les puissances impérialistes ont massacré à coup de bombes les peuples du Moyen Orient et d’ailleurs.

Des pays entiers ont été ravagés et démantelés. Des millions d’innocents ont été assassinés. Des millions d’autres blessés ou estropiés. Leurs habitations écrasées sous des déluges de bombes, obligeant les habitants à fuir pour échapper à la mort. Des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants et de vieillards sans distinction marchent en file continue vers l’inconnu.

Les pompiers pyromanes sont responsables de l’exode massif des populations. Des habitants pris pour cible, transportant sur leurs épaules quelques affaires qu’ils ont pu sauvées des bombardements, complètement démunis, tenant leurs enfants par la main, se dirigeant vers cette Europe hypocrite où ils espèrent enfin trouver une autre vie et vivre en paix. Ils sont prêts à tout pour échapper à la mort et fuir cet enfer. Ils embarquent dans des bateaux de fortune qui n’arriveront pas tous de l’autre coté. Un grand nombre ne connaîtra pas la fin du voyage. Ils mourront en pleine mer noyés et leurs cadavres échoueront sur les plages. Ils finiront dans des sacs noirs en plastique avec une épitaphe « mort sans nom ». Chaque année, ce sont des milliers de cadavres que l’on ramasse comme des déchets d’ordure. 3700 noyés ou peut-être plus en 2014 et ce n’est, hélas ! pas fini.

Et les Palestiniens qui subissent depuis près 70 ans la répression, l’humiliation, l’expulsion de leur terre, l’emprisonnement arbitraire, l’embargo impitoyable les privant même de nourriture. Ils sont écrasés sous les bombes de l’aviation sioniste, habitats, écoles, hôpitaux, régulièrement détruits, reconstruits et à nouveau détruits. Des milliers de morts et de blessés, ni les femmes ni les enfants ne sont épargnés, telle est la politique colonialiste de l’État sioniste d’Israël.

De même pour les pays africains, c’est à peu près le même scénario, coups d’Etat, guerres, pillage et dictatures soutenues par les puissances impérialistes. Misère et pauvreté sont le lot quotidien des populations africaines.
Ce bilan n’est pas exhaustif. Il faut prendre en compte les problèmes sociaux économiques des banlieues dans les pays impérialistes. Toute une population victime du système capitaliste est soumise à une ghettoïsation généralisée, une jeunesse abandonnée et sans avenir. C’est une véritable poudrière prête à exploser.

Les puissances impérialistes sont seules responsables de cette énorme gâchis. Non contentes d’avoir massacré des peuples entiers, elles ont rayé par la force les structures sociales qui existaient entre les différentes ethnies depuis des millénaires. Elles ont aussi détruit toutes les infrastructures vitales, centres de santé et toute autre forme de vie associative. Plus de distribution d’eau ni d’électricité, les quelques usines existantes sont pulvérisées, des centaines de travailleurs se retrouvant au chômage. Des populations sans repère et abandonnées. Une souffrance insupportable. La haine viscérale et l’esprit de vengeance comme premières réactions contre ceux qui ont détruit leur pays.

Le désastre généralisé provoqué par les puissances impérialistes a été et reste le terreau fertile qui a servi à toutes les forces rétrogrades les plus réactionnaires de ces pays, pour le recrutement facile sous l’étendard de la religion. Il n’ont pas eu besoin de trop mettre en avant le coté religieux pour convaincre et embrigader dans leur entreprise macabre. La haine de l’Occident a suffi pour faire basculer dans la violence aveugle une jeunesse frustrée et désorientée.

Les puissances impérialistes responsables de cette barbarie ont agi dans l’impunité totale et dans le silence assourdissant de toute la ploutocratie occidentale.

On ne peut pas dormir dans un lit douillet ou enfoncer la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité sans retour du bâton.
Il a fallu qu’un attentat de masse touche cette fois, non pas Baghdad, Beyrouth, Damas, Moscou ou Alger, mais Paris pour que la réalité éclate au grand jour. Le peuple de France s’est réveillé brutalement de sa léthargie envers son gouvernement belliqueux et surpris en se demandant qui a pu oser commettre ce massacre abominable d’innocents pour la plupart des jeunes qui assistaient à un concert de rock au Bataclan. Alors que la « bien-pensance » occidentale, à la botte des grands possédants, toutes tendances confondues, de droite ou réformistes, n’a rien dit quand ces mêmes hordes manipulées assassinaient des femmes, des enfants, des familles entières en Irak, en Afghanistan, en Libye et depuis 5 ans en Syrie. Les médias, spécialistes en manipulation des opinions publiques, ont déversé à longueur d’antenne un flot de mensonges éhontés sur les véritables responsables de ces tueries. Avide d’audimat, ils se servent des morts pour faire du fric avec des spots publicitaires. Ils ont créé un climat de peur, de psychose et de divisions sur des bases confessionnelles à la grande joie de la bourgeoisie oligarchique qui redoute plus que tout que les victimes de son système économique d’exploitation, d’oppression et d’expansion finissent par s’unir pour abolir le capitalisme.

Il faut se poser les vraies questions :

1re question : comment se fait-il que des terroristes arrivent à monter une véritable opération de guerre, que des services de renseignements ultra sophistiqués n’ont rien vu venir, de surcroît dans une capitale bourrée de flics et de militaires ?

2e question : qui sont ces terroristes, d’où viennent-ils et qui les forme, les organise et les finance ?

3e question : à qui profite le crime ?

Pour répondre à ces trois questions, une seule réponse suffit, la célèbre sentence de Jean Jaurès :

« le capitaliste porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ».

Aucune paix mondiale n’est possible sous l’emprise du système capitaliste.

Depuis la naissance du capitalisme, quelles que soient les bourgeoisies au pouvoir, leurs dirigeants ont pratiqué le terrorisme pour se maintenir au pouvoir et défendre leur privilèges. Le chaos, le pillage et la guerre sont nécessaires aux puissances impérialistes pour imposer leur stratégie de domination mondiale.

A ce sujet, rappelons quelques faits avérés et indiscutables : Hitler a été choisi par la bourgeoisie allemande et avec la complicité de toutes les bourgeoisies européennes. Pour prendre le pouvoir, Hitler a utilisé des groupes terroristes pour assassiner les opposants. Les bourgeoisies occidentales l’ont laissé faire dans l’espoir qu’il détruirait l’URSS. En Amérique latine, dans presque tous les pays, les bourgeoisies locales se sont servies et se servent encore de groupes terroristes paramilitaires pour assassiner tous les opposants. On n’oubliera pas l’opération Condor, véritable opération terroriste sous l’égide de la CIA, des USA et des mafias locales qui s’est soldée par l’assassinat de 30 000 syndicalistes, de progressistes et de communistes.

Pendant notre guerre de libération, les colonialistes français on utilisé les groupes terroristes de OAS qui ont massacré des milliers de nos compatriotes et semé le chaos dans tout le pays. La liste des opérations de ce genre est tellement longue. Aujourd’hui rien n’a changé, les puissances impérialistes appliquent la même stratégie.

Ce qui se passe au Moyen Orient n’est rien d’autre que la continuité de la politique agressive des puissances impérialistes contre les peuples qui ne veulent pas se soumettre et qui résistent. Ils ont mis en place des gouvernements fantoches en Irak, en Afghanistan, en Libye et en côte d’Ivoire. La déclaration de guerre contre le peuple syrien en est le symbole. Ce peuple martyr résiste encore contre ces groupes barbares soutenus par les puissances impérialistes et leurs alliés sanguinaires des pays du golfe.

Quand les pompiers pyromanes osent déclarer qu’ils sont en guerre contre Daech, ils prennent leurs citoyens pour des imbéciles. Ils sont impliqués totalement dans le soutien aux monstres de groupes terroristes qu’ils ont créé, financé, organisé et armé, quelles que soient leurs multiples appellations. Les peuples doivent lutter pour en finir avec les boutefeux incendiaires criminels, arrêter les pompiers pyromanes et les juger pour génocide.

.

Liès Sahoura

01.12.15


Navigation

Articles de la rubrique